Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 11:20

Paris Café Philo le 8/01/2012

 

Bien souvent, dans l'imaginaire collectif, le philosophe est représenté comme une personne hors du monde vivant cloitré chez lui parmi ses livres et sa rhétorique à l'image des sophistes de la Grèce antique. Introverti, il passe son temps à analyser, commenter des thèmes généraux de son époque comme l'avidité des marchés financiers, la haine de l'autre qui génère des guerres, le désir humain, le devoir de mémoire, la connaissance... .Est-ce bien cela la vie d'un philosophe, mais, au fait, comment peut-on définir un philosophe ?

 

C'est une personne qui étudie la philosophie, s'efforce de découvrir les principes des sciences de la morale, de la vie en général et qui tente d'organiser ses connaissances en un système cohérent, rationnel. Comme cas extrêmes, on trouve Spinoza avec l'Ethique ou Wittgenstein et son Tractatus où ils ordonnent strictement leurs pensées.

 

On peut analyser le philosophe d'un point de vue historique, sociologique.

 

Mais, on prendra garde de différencier différents types de philosophes. Il peut être universitaire (diplômé, il publie des livres sous forme de dissertation, il y enseigne la matière, il crée de nouveaux courants, écoles philosophiques,....), novice en intervenant dans des réunions, cafés philosophiques où il se limite à animer des échanges oraux entre participants et, enfin, être engagé dans des causes politiques, humanitaires, sociales à l'image de Sartre, Henry-Levy, Glucksmann,...

 

Si à la philosophie, on lui attribue les termes de critique, doute, concept, questionnement, compréhension, sagesse, en revanche, on lui oppose les termes de certitude, opinion, croyance, mythe, fanatisme.

 

La question initiale revient à se poser la question suivante : est-ce que ce sont les conditions économiques et non les idées qui changent le monde ? Si on répond par l'affirmation, cela discrédite totalement la fonction, le rôle du philosophe dans la société. En effet, à quoi bon penser si ce sont les conditions matérielles qui conditionnent l'existence humaine ? En tout cas, les systèmes , courant philosophiques qui nous ont été légués jusqu'à présent nous permettent avec des méthodes, outils intellectuels de questionner ses propres connaissances, croyances, opinions.

Partager cet article
Repost0

commentaires