Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 10:57

Paris - Café philo du 18/10/2011 

 

Depuis 2008, cela fait 4 ans que le monde est plongé dans une crise financière du crédit. Elle a débuté aux Etats-Unis avec les subprimes qui est une crise du crédit privé pour, maintenant se déclarer en Europe comme crise des dettes souveraines avec les P.I.G.S ( Portugal, Italie, Grèce, Espagne). Devenons-nous s'attendre aux mêmes effets que ceux de la crise de 1929 avec l' envolée du taux de chômage à des niveaux non encore atteints jusqu'à maintenant en Europe, une récession de l'économie ? Mais, au fait, qu'entendons-nous par crise ?

 

La crise, du grec Krisis, décision, est la manifestation soudaine ou l'aggravation brutale d'une maladie dans le sens 1, période décisive, cruciale dans l'existence de qqn, dans la vie d'un groupe dans le sens 2, phase difficile traversée par un groupe social dans le sens 4.

 

Nous voyons que, si la crise, au départ, s'applique au domaine médical, par la suite, ce terme peut s'appliquer au domaine philosophique, social, économique.

 

En particulier, avec l'existentialisme, K.Jaspers traite de la crise comme expérience limite. Avec Hegel, on peut assimiler la crise comme anti-thèse de l'histoire.

 

Si la crise peut provoquer de la peur, crainte pour notre avenir, en revanche, elle peut aussi être source de changement, réforme, renouveau.

 

Peut-on tout de même surmonter toute forme de peur issue d'une crise ?

 

Nous pouvons , dans un premier temps, traiter la crise au niveau individuel avec ses conséquences et ses dépassements possibles avec notamment la résilience. Puis, dans un second temps,l' aborder au niveau global sous l'angle économique et social.

 

Ref des définitions : Larousse - Compact.

Partager cet article
Repost0

commentaires